Projet éducatif

PROJET EDUCATIF DU GROUPE SCOLAIRE

 

NOTRE-DAME/CROIX-BLANCHE/JEAN CASSAIGNE

 

L’école le collège et le lycée  poursuivent comme objectifs éducatifs communs pour les élèves qui leur sont confiés :

  • le développement de la personnalité
  • la socialisation de la personne
  • l’amour comme épanouissement de la personne

 

Ces objectifs s’inspirent de l’Evangile et du projet éducatif diocésain des Landes promulgué en 2009.

 

       I.            LE DEVELOPPEMENT DE LA PERSONNALITE

 

Ø  Favoriser la confiance en soi, c’est faire découvrir à l’élève qu’il est digne d’être aimé et que le travail permet de développer les qualités qui forgent/renforcent l’estime de soi.

 

Ø  Former l’élève à la maîtrise de l’angoisse, c’est l’accompagner pour qu’il dépasse les peurs inhérentes à sa croissance / son développement. Chacun est invité à donner le meilleur de soi-même an lieu de cultiver la performance/réussite à tout prix.

 

Ø  Apprendre à l’élève l’usage de l’autonomie c’est l’inviter à prendre progressivement des responsabilités à l’égard de lui-même et à l’égard des autres.

 

    II.            LA SOCIALISATION DE LA PERSONNE

 

Ø  Accepter des règles, des contraintes et des interdits, c’est comprendre qu’ils sont nécessaires pour la vie en groupe et que parmi eux certains sont intangibles tandis que d’autres peuvent être adaptés selon les circonstances ; l’interdit sera alors perçu comme la conséquence qui découle de la règle, et permet la vie en groupe, en vue de la transmission des savoirs au sein de l’école.

 

Ø  Reconnaître l’autre, c’est comprendre que « l’on est riche de la différence des autres. » L’élève est ainsi invité à passer de la peur de l’autre à sa reconnaissance. En ce sens, chacun sera apprécié pour ses actes et encouragé à refuser  les jugements définitifs à l’égard d’autrui.

 

Ø  Apprendre à l’élève à participer au bien commun, c’est lui apprendre que son épanouissement personnel n’est possible qu’en participant au bien de la collectivité. Cette expérience sera particulièrement gratifiante pour lui car il verra que l’école compte sur lui. En ce sens il découvrira à quel point il est juste d’être solidaire et acteur du bien commun.

 

 III.            L’AMOUR COMME EPANOUISSEMENT DE LA PERSONNE

 

Ø  Faire reconnaître que le travail est nécessaire au bonheur, c’est apprendre à l’élève à reconnaître dans le travail, un moyen de développer ses qualités,  de se connaître soi-même et enfin de participer au bien commun. Ainsi envisagé, le travail intellectuel et manuel peut être vu comme un moyen d’humanisation de la personne plus qu’un synonyme de rémunération.

 

Ø  Apprendre à donner du sens à la vie par l’amour du prochain, c’est faire comprendre à l’élève que l’amitié est exigeante car elle nécessite de vouloir le bien de l’autre avant de vouloir son propre bien. L’amitié apprend donc à se donner. Et si l’expérience amoureuse peut être belle car elle est mouvement vers l’autre et non repli sur soi, elle suppose une certaine maturité puisque la puissance des sentiments peut faire perdre en autonomie, en liberté. 

 

Ø  Accueillir le Christ comme principe et finalité du projet éducatif c’est Le reconnaître comme modèle de l’anthropologie chrétienne : « vrai Dieu », mais aussi « vrai homme ». L’homme étant à l’image de Dieu, chaque homme a une nature spirituelle et est capable de Le rejoindre. Mais pour y arriver chaque homme doit être aidé par la connaissance de la vie du Christ. D’où la nécessité d’un enseignement de cette histoire et de celle de l’Eglise, dépositaire de cet héritage : c’est « la première annonce ». Mais cet enseignement doit respecter la liberté des élèves ; or la liberté ne s’exerce pas dans l’indifférenciation mais dans la connaissance. On ne choisit bien ou refuse bien que ce que l’on connaît ; à l’inverse on ne peut rejeter ou accepter quelque chose que l’on ignore.

 

    L’amour qui rend pleinement heureux se puise  dans la vie du Christ « qui a donné sa vie pour les autres ».

Les commentaires sont fermés