Analyse du film La Mouche de David Cronenberg par des élèves de terminale ES

Dans ce film, Seth, jeune biologiste très doué, se transforme petit à petit en mouche suite à sa tentative de téléportation.

Durant cette transformation, il voit peu à peu son apparence et son comportement changer.

En effet, il ne devient plus maître de lui-même et finit par devenir esclave de son nouveau corps et esprit.

Sa relation avec Véronica semble compromise dès le début de la mutation après que celui-ci l’ait trompé avec une autre femme. Et pourtant, il semble y avoir quelque chose de très fort dans leur relation, une sorte de lien indestructible jusquà la scène de la destruction finale. Ainsi, il va enlever Véronica et la supplier de garder l’enfant qu’elle porte.
Lors de la scène finale, c’est lui-même qui va lui demander de lui supprimer. Il y a encore un coeur humain qui bat sous cette apparence hideuse de mouche géante

Le progrès technique peut ainsi être ici dénoncé face à la condition humaine car à terme, cela peut pousser l’homme à perdre sa figure humaine et sa morale

Ce film est d’une grandeur surréaliste, il mélange modernité et technicité. Même si les telepods ressemblent à des gadgets, les effets spéciaux sont réalistes pour l’époque.

La fin est intéressante car le monstre reprend ses esprits lorqu’il demande à sa bien-aimée de le tuer pour qu’elle reste en sécurité.

Le laboratoire est un lieu déconnecté, un rien indéfini. La téléportation n’existant toujours pas, son laboratoire pourrait être un lieu futuriste mais demeurant virtuel, un non-lieu.

Seth, après sa téléportation réussie mais pervertie, est omnubilé par ses telepods qui le mèneront finalement à sa perte (scène finale).

Seth, qui devait devenir célèbre et à l’avant-garde de la science moderne, le deviendra finalement mais dans une isssue totalement innatendue pour liu-même et son entourage.

Ce laboratoire peut être apparenté à un lieu intemporel à travers les éléments du décor tels que les pièces d’une maison classique. Il est isolé dans une ruelle hors de la ville.

Il devient un lieu de claustration, un tombeau pour Seth car c’est le lieu où il vit, où il est prisonnier à cause de sa transformation. Il n’y a pas d’ouvertures vers l’extérieur. Enfin, c’es le lieu où il meurt.

Cette situation révèle une ironie par rapport à la liberté permise par la téléportation qui s’oppose à l’enfermement de Seth dans son laboratoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *